RENCONTRE APDH / FPI

 


Dans le cadre de son rapport sur la situation des Droits de l’Homme en Cote d’Ivoire, l’APDH a sollicité trois (03) partis politiques que sont le PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire), le RDR (Rassemblement des Républicains de Côte d’Ivoire) et le FPI (Front Populaire Ivoirien) aux fins de recueillir leur avis sur certaines questions d’actualités.
C’est finalement le FPI qui, seul parmi tous, a bien voulu répondre à cette invitation. Le lundi 26 décembre 2015 à 16h, une délégation de l’APDH avec sa tête le président Abraham Denis Yaurobat, s’est rendu au siège du FPI.
Lors des échanges, le FPI n’a pas manqué d’exprimer son regret face à une justice transitionnelle axée sur un seul camp « quand on sait que, selon un rapport de la CNE, 700 victimes sont l’œuvre du camp Ouattara, camp au pouvoir ! » précise la Secrétaire Générale du FPI, Agnès Monnet.
S’agissant des activités de la CDVR (Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation), le FPI reste ferme : « la CDVR a échoué dans sa mission, elle n’a nullement entrepris des actions favorables à une réconciliation vraie entre les ivoiriens » clame la porte-parole du FPI. Selon le parti, la CDVR n’a fait que fuir l’opposition. Aucune rencontre n’a été initiée par la CDVR au fin de recueillir leurs avis sur la réconciliation et encore moins, rendre visite aux détenus politiques reconnu comme appartenant au camp Gbagbo.
Les élections présidentielles étant proches (prévues pour 2015), les interlocuteurs de l’APDH ce lundi, ont suggéré un franc dialogue entre les différentes parties. Un véritable cri de cœur pour ces opposants qui rêvent d’élections « claires, équitables ».

Suivez nous sur Twitter

Suivez nous sur Facebook

Web TV

Newsletter

Copyright © 2019 Actions pour la Protection des Droits de l'Homme - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public