LIBERTE DE PRESSE EN COTE D'IVOIRE : L’APDH s’inquiète de l’examen d’une loi sur la presse en plénière au parlement

Depuis hier l’ONG Actions pour la Protection des Droits de l’Homme de Cote d’Ivoire, a appris avec grande surprise que le parlement ivoirien a été appelé à voter une nouvelle loi portant  régime juridique de la presse et de l'audiovisuel.
L’APDH rappelle qu’il y a six mois, une loi semblable jugée foncièrement liberticide avait mis en émoi toutes les organisations nationales et internationales des droits de l’homme et de la presse, qui l’avaient dénoncé jusqu’à son retrait par le gouvernement pour réexamen.


Aussi, sans préjuger de la teneur du texte qui a été soumis aux parlementaires, l’APDH explique mal cette attitude du gouvernement qui s’apparente à un passage en force, à vouloir faire adopter un texte de loi qui apparemment, aux dires de certains parlementaires, n’était pas prévu pour cette session.


L’APDH rappelle que la liberté de la presse est l’une des vertus cardinales de la démocratie. Nul ne peut chercher à la restreindre sans faire entorse à la nature de notre régime qui pourrait s’en trouver fortement affecté.


 Au demeurant, l’APDH considère que la dépénalisation des délits de presse reste un acquis et un progrès pour la démocratie en Côte d’Ivoire. Vouloir y toucher, c’est faire marcher notre processus démocratique à reculons et Çà, c’est la pire des souillures que pourrait connaitre notre pays en ce 21ème siècle.


L’APDH tient à souligner qu’elle suit de près les travaux du parlement et qu’elle entend en tout état de cause réserver une suite à toute loi qui serait attentatoire au fondement de la démocratie : la liberté.

 

Abidjan, le 22 Décembre 2017.


Pour l’APDH
Le président.
Abraham Denis YAUROBAT.

Suivez nous sur Twitter

Suivez nous sur Facebook

Web TV

Newsletter

Copyright © 2019 Actions pour la Protection des Droits de l'Homme - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public