Le Juge Fallé, désigné comme point focal dans le projet de vulgarisation de la Charte Africaine pour la Démocratie, les Elections et la Bonne Gouvernance

Faisant suite à l’invitation de l’Union Africaine (U.A) à Addis-Abeba du 17 au 23 Août 2014, des ONG (Organisations Non Gouvernementales) se sont retrouvées pour échanger sur le projet de promotion et de vulgarisation de la Charte Africaine pour la Démocratie, les Elections et de la Bonne Gouvernance en Côte d’Ivoire.
A l’instar des 14 autres Etats africains, la Côte d’Ivoire a ratifié la nouvelle charte le 16 Octobre 2013. Les Organisations que sont le Club Union Africaine, l’APDH ainsi que le CEFCI ont décidé ce Vendredi 12 Septembre 2014, de la mise en place d’un point focal.
Aux termes des échanges, dans les bureaux de liaison de l’Union Africaine à Abidjan II Plateaux, le Juge Fallé Tcheya est désigné comme point focal par l’ensemble des participants.
Ces derniers se sont donné rendez-vous pour la semaine prochaine à l’effet de déterminer les axes stratégiques de leurs actions.
L’APDH était représentée à cette occasion par Mme AKA Sandrine et le Juge Fallé.

Lire la nouvelle charte:

Charte Africaine pour la Démocratie, les Elections et la Bonne Gouvernance

Le Président Denis Yoraubat : « l’APDH est un lanceur d’alerte ! »

« Le défenseur des droits de l’Homme n’est pas un politicien. Il ne cherche pas à conquérir le pouvoir à travers un parti politique. C’est tout simplement un lanceur d’alerte. Les anglais disent Wistle blower. C’est juste quelqu’un qui se préoccupe du sort de ses semblables sans exclusive. Voilà ce que nous faisons à l’APDH » a précisé le nouveau leader de l’Organisation.

6e Président à la tête des Actions pour la Protection des Droits de l’Homme (APDH) en Côte d’Ivoire, le Président Denis Yoraubat a organisé un point de presse ce Lundi 15 Septembre 2014, à son siège situé à Adjamé 80 logements. 

Devant un parterre de journalistes, le Président Yoraubat a dévoilé son plan d’action pour les 3 ans d’exercice. 

Il s’est d’abord attaqué à la promotion plus accrue des droits de la 2nde et 3e générations c’est à dire les droits socio-économiques et les droits liés à la protection de l’environnement, aux questions du genre, etc. C’est connu, la défense des droits de la 1ere génération que sont les droits politiques et civiques, ont toujours été le fer de lance de cette association. Il est temps de vulgariser en plus de ces derniers, les autres types de droits.

Le nouveau responsable a, ensuite ajouté que : « l’APDH peut et devra jouer de façon encore plus visible son rôle de faiseuse de paix, de promotrice de cohésion sociale et de catalyseur des changements en restant dans les strictes limites de ses missions statutaires ». Tout simplement grâce à « l’appui non conditionné ni orienté, des partenaires financiers internationaux » en vue de la réalisation de la noble mission humanitaire.

Le Président Denis Yoraubat a finalement, déclaré son intention d’élargir le réseau de représentation dans les villes de l’intérieur (en dehors de celles déjà existantes : Korhogo et Divo). En effet, il compte avec son équipe, ouvrir des délégations à Man, Daloa, Bouaké, Abengourou, Aboisso, Gagnoa, Bondoukou et San Pedro. Cela contribuera a engagé l’APDH dans une démarche de certification de qualité adossée aux normes du système de management ISO 9001, annonce-t-il. La Côte d’Ivoire sera sans nul doute, la seule et véritable gagnante.

Lire aussi:

Denis Yoraubat, nouveau president de l'APDH décline ses priorités

Le Siège de l'APDH cambriolé...

Le 16 Mai 2015 ...pour la deuxieme fois en moins de deux mois, le siege de l'APDH vient de faire l'objet d'une agression qui a cible des documents importants et le reste du materiel informatique . Informé, une équipe de la police judiciaire et la police criminelle s'est rendue sur les lieux pour les constats d'usage. Dans l'attente des resultats de l'enquetes, un point de presse s'est tenu au siège de l'organisation en vue de pallier au problème d'insecurité.

 

 

 

L’APDH reçoit le groupe de travail de l’ONU

Dans le cadre des enquêtes sur les allégations de la présence des mercenaires dans la crise ivoirienne, le groupe de travail de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a rencontré les organisations les plus significatives de la société civile de Côte d’ Ivoire.

Ainsi après la LIDHO, le MIDH, le FIDH rencontrés ensemble, la délégation onusienne s’est rendu ce mercredi 08 octobre 2014 à 15h au siège de l’APDH.
Les échanges fructueux ont duré plus d’une heure trente et la délégation s’est réjoui des informations données par l’APDH. Fort de cette enquête, un rapport fournit serait publié par l’ONU en vue de trouver réponse aux préoccupations suscitées par cette question importante de droits de l’Homme.

L’ICTJ à l’APDH : « Nous sommes prêts à vous aider ! »

Le Chef de Mission de International Center for Transitional Justice (ICTJ), Mohamed Suma a rencontré la délégation de l’APDH ce jeudi 07 Octobre 2014. Cette audience avait pour objectif de présenter la nouvelle équipe dirigeante de l’APDH et de consolider les rapports de partenariat entre les deux institutions.


L’ICTJ a réaffirmé sa volonté de former la société civile dans le cadre de la justice transitionnelle. La justice transitionnelle est un ensemble d’ententes judiciaires et extrajudiciaires visant à faciliter la transition d’une situation de conflits à une situation de paix. La Côte d’Ivoire qui sort d’une crise sociopolitique a besoin de l’appui et les actions de la société civile pour la cohésion sociale. C’est à cet effet que le président Denis Yaurobat a salué le soutien technique pour les projets en cours.


Mohamed Suma a demandé une séance de travail au président Denis Yaurobat à la fin de ses tournées.

Suivez nous sur Twitter

Suivez nous sur Facebook

Web TV

Newsletter

Copyright © 2020 Actions pour la Protection des Droits de l'Homme - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public